S'enregistrer

Résultat de votre recherche

Éthylotest anti-démarrage : Souffler avant de conduire

Publié par stage sur February 2, 2016
| 0

Depuis le 1er septembre 2015, les autocars doivent être obligatoirement équipés d’un éthylotest anti-démarrage (EAD). Cette mesure pourrait-elle un jour concerner tous les automobilistes ?

Les conducteurs d’autocars affectés à un transport en commun de personnes sont désormais tenus de se soumettre à l’utilisation d’un éthylotest anti-démarrage. Ce dispositif d’analyse de l’haleine empêche le démarrage du véhicule en cas d’alcoolémie supérieure au taux autorisé (à partir d’une concentration d’alcool dans l’air expiré de 0,1 mg par litre d’air expiré, soit 0,2 g d’alcool par litre de sang, limite en vigueur pour les chauffeurs de bus et de cars.) Comment fonctionne-til ? À chaque démarrage (sauf si le moteur a été arrêté moins de 30 minutes), le conducteur souffle dans l’EAD et dispose de cinq minutes pour mettre en route le véhicule. En cas de test positif, il est possible de faire un nouvel essai au bout d’une minute. Mais en cas de second test positif, le démarrage est bloqué pendant 30 minutes. Le démarrage manuel du moteur suite à un souffle positif sur l’EAD, associé au taux d’alcoolémie, constitue ainsi une infraction au code de la route. Ce dispositif était déjà obligatoire pour tous les autocars transportant des enfants depuis le 1er janvier 2010. Les bus urbains, les taxis et les poids-lourds ne sont toutefois pas concernés par cette mesure.

Vers une extension à l’ensemble des automobilistes ?

Et si un jour, tous les automobilistes étaient dans l’obligation de souffler dans un EAD avant de pouvoir prendre le volant ? La question peut se poser puisque les technologies existent et ont notamment déjà été testées et proposées par certains constructeurs sur leurs modèles (c’est le cas de Volvo depuis 2007). Mais, dans les faits, est-ce une option réaliste et envisageable ? Pour Pierre Chasseray, délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes, ce n’est pas possible, en tout cas, dans un avenir proche : « Je n’y crois pas pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’installation d’un tel système augmenterait considérablement le coût du véhicule neuf pour les particuliers. Puis que faire pour le parc automobile ancien qui est de plus en plus vétuste ? Cela semble difficilement envisageable. De plus, la part de personnes conduisant en étant alcoolisée est d’environ 3 %. Installer des éthylotests anti-démarrage reviendrait à faire payer cette attitude irresponsable aux 97 % d’automobilistes qui sont prudents ! Ce n’est pas possible ». Rappelons qu’en France, les conducteurs de voiture peuvent être condamnés à installer un EAD s’ils sont pris au volant en état d’ivresse. De plus, depuis 2013, il est obligatoire de posséder un éthylotest simple dans sa boite à gants, sans pour autant être sanctionné en cas de non-présentation lors d’un contrôle de police.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <strong> <em> <pre> <code> <a href="" title="">

  • Dernières actualités