S'enregistrer

Résultat de votre recherche

Salon Rétromobile : une légende ne meurt jamais !

Publié par stage sur March 9, 2016
| 0

Du 3 au 7 février, l’événement, installé comme la référence internationale de l’automobile de collection, a été une nouvelle fois le rendez- vous incontournable des amateurs de belles mécaniques. Plongée au coeur de la grand-messe de modèles de légende.

Près de 110 000 visiteurs se sont pressés à Paris Expo – Porte de Versailles pour admirer des véhicules uniques à l’occasion du 41e salon Rétro-mobile. L’événement a présenté près de 600 véhicules et réunit 500 exposants sur une superficie de 51 000 m². Des chiffres qui prouvent que l’automobile de collection a plus que jamais le vent en poupe. « Au-delà des passionnés, nous avons accueilli un public plus jeune et plus international. Américains, Indiens, Asiatiques, Australiens… Le salon Rétromobile est considéré de l’étranger comme le plus beau salon du monde, ce qui nous fait évidemment plaisir. Nous mettons un point d’honneur à présenter des modèles et des animations que les visiteurs ne pourront retrouver nulle part ailleurs », indique Fran- çois Melcion, directeur du salon Rétromobile. La spécificité de l’événement est de réunir l’ensemble des visiteurs autour d’une même passion en leur proposant des expositions, des démonstrations et des animations uniques et en avant-première mondiale. N’allez pas croire qu’il s’agit d’un domaine réservé aux plus fortunés. Bien au contraire, le véhicule de collection n’est pas réservé qu’à une élite.

Comme un souffle d’esprit d’ouverture…

Qui a dit que les voitures de collection ne sont qu’une affaire d’hommes ? Le salon Rétromobile a notamment prouvé que les femmes avaient leur mot à dire. Un bel espace d’exposition a permis de mettre en valeur les femmes collectionneuses au fil du temps avec notamment l’unique exemplaire de Bugan type 40 Fiacre que Jean Bugan fit construire pour sa soeur Lydia, la McLaren monoplace de 1965 de la Britannique Patsy Burt ou encore le coupé Frazer Nash de Kitty Maurice. « De plus en plus de femmes s’intéressent aux voitures de collection. On compte ainsi plusieurs rallyes 100 % féminins en France », ajoute François Melcion. Autre forme d’ouverture du salon Rétromobile : l’hommage à Philippe Charbonneaux, grand designer automobile et d’objets du quotidien. L’homme, à qui l’on doit notamment la Chevrolet Corvette de 1953, les Renault 8 et 16, la Delahaye 235 ou encore les Citroën présidentielles, a notamment travaillé sur le design d’appareils électroménagers, de téléviseurs, de brosses à dents ou de la poignée des brosses à lustrer La Nénette.

Des modèles d’exception en exclusivité

Au salon Rétromobile, l’unique et l’inattendu sont toujours de mise. Les visiteurs ont pu ainsi admirer un focus sur les Rhomboïdes. Ces véhicules d’ingénieurs aux roues positionnées en losange, véritables objets roulants non identifiés qui semblent directement sortir de l’imaginaire de Jules Verne, n’avaient jamais été présentés au public ! Autre exclusivité exposée : des pièces exceptionnelles du musée national de la voiture du Palais de Compiègne, qui n’avaient jamais été sorties depuis 1924. La diligence à vapeur du marquis de Broc ou encore la Mancelle d’Amédée Bollée ont notamment été mises à l’honneur. Ces véhicules préfiguraient ainsi de la genèse de l’automobile. Enfin, toujours du côté du spectaculaire et de la rareté, le salon Rétromobile a offert la possibilité au public d’admirer des pièces du musée des blindés de Saumur, dont le char d’assaut soviétique T34 et l’Américain Chaffee M24. Preuve en est, s’il fallait encore le répéter, que l’événement est digne d’un livre d’histoire à chaque détour d’une allée, à l’image du slogan qui barrait l’affiche de cette édition 2016 : « Le passé a toujours un futur ».

La voiture la plus chère au monde était là !

Outre l’ensemble des constructeurs présents (Aston Martin, Bugatti, Citroën, DS, Honda, Jaguar, Land Rover, Maserati, Mercedes, Peugeot, Porsche et Renault), le salon Rétromobile a également été une place de choix pour une centaine de clubs, ciment de cette passion pour les voitures de collection. Du côté des curiosités, l’exposition Youngtimers, vintage et tendance, a mis en avant des modèles fêtant leur 40 ans comme l’Alfa Roméo Sud Sprint, l’Alpine A310 V6, la BMW Série 6 E24 ou encore la Volkswagen Golf GTI. Cette édition a également été marquée par un record avec la vente aux enchères d’Artcurial Motorcars lors de laquelle a été adjugée la voiture la plus chère au monde vendue aux enchères* : une Ferrari 335 S Scaglietti pour 32,1 millions d’euros ! Le rêve était aussi à retrouver du côté de trois modèles exceptionnels : une Napier de 1903, plus ancienne voiture de course britannique, une Darracq V8, première automobile à avoir frôlé les 200 km/h en 1905, et une FIAT S76 et son imposant moteur de métal. Enfin, sur cette édition 2016 du salon, l’Automobile Club de l’Ouest a célébré ses 110 ans, tandis qu’une exposition des clichés de Jacques Lartigue, photographe passionné de voitures de collection, était par ailleurs proposée.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <strong> <em> <pre> <code> <a href="" title="">

  • Dernières actualités