S'enregistrer

Résultat de votre recherche

Grand Prix Formule E de Paris : une course capitale !

Publié par root sur May 12, 2016
| 0

Pour la première fois, une étape du championnat de Formule E – la F1 électrique – s’est tenue en France. Retour sur un événement dont l’engouement médiatique, politique et public est allé au-delà du simple sport automobile.

Voir des voitures de course débouler en pleine ville, à Paris, c’était un peu un fantasme digne d’une bande dessinée de Michel Vaillant. Et pourtant, ce doux rêve du président de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile), Jean Todt, est devenu réalité le samedi 23 avril 2016. À l’instar de Monaco, qui accueille un célèbre Grand Prix de Formule 1 en pleine ville, Paris a été le théâtre de l’affrontement de 18 monoplaces de Formule E. Car pour ce championnat, pas de carburant dans les moteurs, mais une énergie 100 % électrique pour alimenter les bolides. Ne croyez pas pour autant que le spectacle a été moindre, bien au contraire ! Si une Formule 1 peut atteindre 350 km/h, une Formule E arrive toutefois à rouler à 225 km/h, ce qui permet des courses disputées et spectaculaires. Sur le parvis des Invalides, les quelque 15 000 spectateurs ont vibré pour cet événement inédit à Paris. Les places s’étaient en effet arrachées assez rapidement depuis plusieurs semaines, preuve d’un engouement du public déjà palpable avant même la tenue du Grand Prix.

Les Français, fers de lance de la discipline

Cette épreuve automobile assez technique, qui s’est déroulée sur un circuit d’1,92 km comprenant 14 virages, a été bouclée en 45 tours. Les écuries françaises étaient notamment représentées par Renault-eDAMS et DS Virgin, des constructeurs très impliqués dans le développement de la voiture électrique. On retrouve notamment l’ancien célèbre pilote français Alain Prost à la tête de Renaul-eDAMS et son fils, Nicolas, en tant que pilote de l’écurie. Du côté de chez DS (groupe PSA), le volant est entre les mains de Jean-Éric Vergne, ancien pilote de Formule 1, à l’image de la plupart des concurrents qui officient désormais en Formule E.

Une première qui ne restera pas sans lendemain

Ce Grand Prix de Paris a été remporté par le Brésilien Lucas di Grassi de l’écurie ABT Schaeffler Audi Sport, devant Jean-Éric Vergne (DS Virgin) et Sébastien Buemi (Renault eDams). Le pilote brésilien a ainsi confirmé un peu plus son statut de leader du championnat pour cette saison. En dehors de la compétition sportive et du spectacle dans les rues de la capitale, l’événement aura été une belle fête populaire réunissant de nombreux passionnés de l’automobile, dans un décor d’exception. N’oublions pas qu’un message politique et environnemental fort était aussi à l’ordre du jour avec cette course puisqu’il s’agissait au passage de promouvoir la mobilité électrique en ville, par le biais de diverses animations liées aux transports propres. Après un succès critique et public, nul doute que le Grand Prix Formule E de Paris devrait revenir en 2017 ! Et si cette discipline prenait de plus en plus de place à l’avenir face à une Formule 1 récemment décriée par les spécialistes en raison de ses changements de règlement rendant la course moins intéressante ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <strong> <em> <pre> <code> <a href="" title="">

  • Dernières actualités