S'enregistrer

Résultat de votre recherche

24 h du Mans : un mythe toujours intact !

Publié par root sur June 7, 2016
| 0

Les 18 et 19 juin 2016, rendez-vous pour la 84e édition de la célèbre course d’endurance, marquée cette année par le retour de Ford, cinquante ans après ses dernières victoires sur le circuit du Mans.

Une édition sous le signe de l’Amérique. En effet, le constructeur Ford a annoncé son grand retour aux 24 h du Mans à l’occasion de cette édition 2016. Il s’agit de l’unique constructeur américain à avoir inscrit son nom au palmarès de l’épreuve sarthoise : entre 1966 et 1969, la Ford GT40 avait triomphé sur le circuit du Mans à quatre reprises. Ainsi, cinquante ans après sa première victoire de 1966, Ford débarque de nouveau en 2016 dans le circuit de l’endurance dans la discipline GTE Pro et aura à cœur de renouveler l’exploit en guise de clin d’œil au passé. Avec sa nouvelle GT, descendante directe de la mythique GT40, tous les espoirs sont permis ! L’Amérique sera décidément à l’honneur pour ces 24 h du Mans puisque c’est l’acteur Brad Pitt qui donnera le départ de cette 84e édition le samedi 18 juin. Le comédien, fan de sport automobile, apportera une touche supplémentaire de glamour et de spectacle à l’événement.

Porsche, Audi ou Toyota pour la victoire finale ?

Du côté des deux catégories reines – le LMP1 et le LMP2 – la bataille fera rage. En LMP1,
Porsche fera tout pour conserver le trophée décroché en 2015 et remporter l’épreuve pour la 18e fois de son histoire. Le constructeur devra toutefois compter sur la concurrence d’Audi et de Toyota. Le plateau des LMP1 est complété par trois machines privées engagées par Rebellion Racing et ByKolles Racing Team. Au total, cinq constructeurs seront représentés dans la catégorie LMP1. Pour la catégorie LMP2, on comptera pas moins de 22 concurrents en 2016. L’équipe hongkongaise KCMG sera au départ face à des concurrents surmotivés pour lui reprendre le trophée remporté en 2015. À noter en LMP2, la présence de l’équipe Panis Barthez Compétition, avec comme pilote titulaire Fabien Barthez, champion du monde de football en 1998 et auteur d’une magnifique reconversion en sport automobile. Il prendra le départ des 24 h du Mans pour la deuxième fois, après 2014 en LMGTE Am.

Un nombre exceptionnel de concurrents en 2016

Au total, 60 équipages seront au départ le 18 juin prochain, un nombre record ! Le plateau de très haute qualité réuni à l’occasion de la 84e édition de l’épreuve promet de belles bagarres et une course très disputée dans chacune des quatre catégories. « Il démontre une nouvelle fois l’attractivité de notre épreuve et la confiance que nous font les plus grands constructeurs automobiles. De plus, compter des équipes de 17 nationalités différentes venues des quatre coins du monde prouve l’intérêt porté à l’endurance et la dimension
internationale incontestable de cette course mythique. Le millésime 2016 des 24 h du Mans nous promet du très beau spectacle en piste ainsi qu’une semaine de fête à vivre intensément », indique Pierre Fillon, président de l’Automobile Club de l’Ouest (ACO), organisateur de la course, dans un communiqué.

Une plongée dans l’épopée historique de Matra…

Les grands événements sportifs sont parfois faits de petites histoires qui façonnent les grandes victoires. Retour sur l’âge d’or de Matra aux 24 h du Mans, en compagnie du directeur du musée Matra à Romorantin-Lanthenay, Dany Chamfrault.

A l’écouter, il a encore les yeux qui pétillent et l’émotion dans la voix. L’histoire du constructeur automobile français Matra est intimement associée à ses trois victoires aux 24 h du Mans en 1972, 1973 et 1974. « Il s’agit du point d’orgue de l’aventure sportive de Matra. Elle est ancrée dans le cœur des Français amateurs de sport automobile. Quand Matra a remporté les 24 h du Mans en 1972, il n’y avait pas eu de victoire française au palmarès de la course depuis plus de 20 ans ! », indique Dany Chamfrault, directeur du musée Matra à Romorantin-Lanthenay. La voiture lauréate de 1972, la MS670, est une pièce phare de la collection du musée. Le bruit du moteur V2 est encore dans les oreilles et les mémoires des amateurs… « À l’époque, l’endurance était plus médiatisée qu’aujourd’hui, où la Formule 1 a largement pris le dessus. S’il fallait comparer, chez les passionnés de sport automobile, la victoire de Matra en 1972 avait eu autant d’impact que la victoire de la Coupe du monde de football en 1998 pour les amateurs de ballon rond, c’est dire ! », indique-t-il.

Henri Pescarolo, figure emblématique de Matra

Au volant lors des trois victoires de Matra aux 24 h du Mans, un homme : Henri Pescarolo, véritable icône de Matra. « Il était présent lors de l’inauguration de notre exposition en 2012, quarante ans après la victoire de 1972. C’est notre plus bel ambassadeur. Avec 33 participations en tant que pilote et 12 en tant que directeur d’écurie pour les 24 h du Mans, Henri Pescarolo est une figure de cette course, totalisant 4 victoires au total : 3 sur Matra et 1 sur Porsche », indique Dany Chamfrault. La course est souvent faite d’anecdotes inoubliables que seuls les passionnés savent raconter. « En 1968, les 24 h du Mans se sont déroulées en septembre et sous la pluie. Une des Matra avait cassé son moteur d’essuie-glace. Son pilote n’avait pas voulu conduire sous la pluie et continuer la course. Henri Pescarolo avait alors pris le volant et était remonté jusqu’à la 2e place sous la pluie et sans essuie-glace : ce fut un exploit absolument unique ! », se souvient-t-il.

Les 24 h du Mans, une référence de l’endurance

Si le passé et ses exploits font partie de l’histoire de Matra et de la course automobile, qu’attendre de cette édition 2016 des 24 h du Mans ? Avec
son regard d’observateur avisé, Dany Chamfrault pronostique une victoire finale entre Audi et Porsche dans la catérogie reine LMP1. «Le retour de Ford en catégorie GT seulement est par ailleurs un beau clin d’œil à la victoire de 1966. Pour le reste des catégories, nous devrions assister à une belle compétition. Les 24 h du Mans restent une course très populaire, même s’il est vrai que le règne d’Audi depuis une dizaine d’années a quelque peu tué le suspense. Mais, il y a toutefois toujours des rebondissements, notamment pendant la nuit. L’an dernier, 200 000 entrées ont été enregistrées et cela reste bien évidemment un événement incontournable dans la course d’endurance », conclut-il.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <strong> <em> <pre> <code> <a href="" title="">

  • Dernières actualités